Home

bagnarde » Graine de bagnarde », Marie BARTETE, 1863-1938, une biographie écrite par katia-Christiane Ferré (Editions St Leger, collection  » Feuillage »). Une enquête sur la vie d’une jeune moneinchonne envoyée au bagne de Guyane à perpétuité, sous la contrainte de la loi de 1885 pour trois « récidives » de petits larcins !

Le livre :
Que fait Marie à 70 ans sur cette terre lointaine de la Guyane, près de l’embarcadère de Saint-Laurent du Maroni ? Pourquoi a-t-elle traversé les mers, quitté son Béarn natal ? Orpheline, abandonnée de tous, abusée dès son plus jeune âge, la petite Marie, de MONEIN, n’a qu’un idéal : survivre coûte que coûte. La faim, le froid, la solitude poussent aux crimes… mais lesquels ? Qu’aura-t-elle mérité pour ces délits : l’exil, la manille, le nerf du gardechiourme ou la vapeur brûlante lâchée dans les cages du paquebot où elle est enfermée et qui l’emporte au loin ? Quel Prince Charmant lui a-t-on promis pour que cette jeune femme cède aux obsessions nuptiales de l’Administration Pénitentiaire ?
Ce livre classé à l’Académie des sciences d’Outre-Mer, aux Archives coloniales d’Aix en Provence, et au patrimoine de st Laurent-du-Maroni,est une enquête, très documentée, sur Marie BARTETE, la moneinchonne, qui fait référence de la condition des femmes bagnardes et de l’échec de la colonisation française

L’auteure :
Katia est née à Cayenne. A passé sa petite enfance au milieu des bagnards qui traînaient leur misère même après 1953 sur le sol Guyanais. Puis, elle grandit dans les turbulences sanglantes de Madagascar qui veut signer son indépendance. Plus tard, avec son mari et ses deux enfants, ils enseignent à Bangui où le capitaine BOKASA mène grand train de vie préparant déjà son sacre. Mère Térésa rencontrée à Calcutta lui laisse le plus beau message de sa vie. Installée à Pau et après quelques années d’enseignement à l’université, elle créé le Printemps des Poètes qu’elle anime pendant 13 ans à l’Hôtel de Ville de Pau.
Pendant des années, l’auteure a mené une véritable enquête sur la béarnaise, Marie BARTETE. Elle passera des jours et des jours aux archives d’Outre-Mer d’Aix-en-Provence, des Pyrénées Atlantiques, de Bordeaux, pour obtenir du service du Patrimoine de Saint-Laurent du Maroni l’ultime document.
En 2003, elle n’a pas hésité à aller jusqu’au fin fond de la forêt amazonienne, se perdre dans les ruines des bagnes, passer une nuit dans les enchevêtrements de pierres et de lianes pour s’imprégner de l’ambiance et ramener un reportage sur l’agonie des Iles du Salut. Elle reste encore bouleversée par l’Ile Saint-Joseph et le Camp de la Transportation de Saint-Laurent du Maroni qui accueillit un siècle plus tôt notre héroïne.

La Fiche technique :
Date de parution : 01/01/14
Editeur : Editions Saint Léger collection Feuillage
ISBN : 979-10-91739-32-0
EAN : 9791091739320
Présentation : Broché
Nb. de pages : 226 pages
Poids : 0,295 Kg
Dimensions : 12,5 cm × 21,0 cm × 1,8 cm
Prix : 20,00€

Publicités

Une réflexion sur “

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s